MARTIN GESTER


Venu à la musique par le chant et la polyphonie, puis par l’orgue et le clavecin, après des études musicales et littéraires au Conservatoire et à l’Université de Strasbourg, une formation acquise par l’expérience du concert et de la production, et un premier enregistrement consacré aux oeuvres d’orgue de J.S. Bach, Martin Gester s’oriente vers la direction d’orchestre et d’ensembles vocaux, tout en s’adonnant à l'interprétation à l'orgue, au clavecin & au pianoforte, à la recherche, et à la pédagogie. En 1990, il fonde, à Strasbourg, Le Parlement de Musique, ensemble qu'il destine à l'interprétation du répertoire baroque et classique, lieu d'application de ses recherches. En collaboration, principalement, avec l'éditeur OPUS 111, de la Fondation France Télécom, du Département de l'Aisne, et du Centre de Musique Baroque de Versailles - et, plus tard, de l'éditeur Accord, puis Assai, de Radio France, de la Région Alsace et de la Ville de Strasbourg, il réalise alors une suite d'enregistrements qui sont autant d'expériences faites par un musicien hors des courants dominants, et qui reçoivent un accueil enthousiaste de la critique internationale (telles les créations de Leçons de ténèbres de Charpentier, d'oeuvres de S. de Brossard, de S. Capricornus, des Lamentations de Scarlatti, de la Passion anonyme d'Uppsala, l'un des enregistrements les plus primés de l'histoire...). Dès lors, développant son goût et son métier de la direction d'orchestres et d'ensembles de chanteurs, il est de plus en plus souvent invité à diriger d’autres formations ( New York Collegium, Nederlandse Bach Vereniging, Collegium Vocale de Gand, Chapelle Royale, Musica Aeterna Bratislava, Orchestre des Pays de Savoie, Orchestre Symphonique du Rhin, Orchestre symphonique de Torun - Pologne, Ensemble Anima e Corpo Barcelone, Orchestre baroque Croate). Depuis 1999, il est chef invité régulier de l’orchestre baroque polonais Arte dei Suonatori pour des tournées polonaises et internationales, des enregistrements de diffusion internationale et des résidences dans les festivals baroques polonais de Wroclaw, Torun, Poznan et Paradyz A l’orgue, après avoir investigué tout le répertoire (auprès, notamment, de Pierre Vidal), il se tourne essentiellement vers la musique des XVIIe & XVIIIe s. et vers l’orgue concertant ou entouré de chanteurs et d'ensembles, ce dont témoignent 15 enregistrements. Sa pratique des instruments “de salon” - clavecin et pianoforte - il la voit comme complément naturel et privé de sa pratique de directeur musical et de chef, dont elle profite et se nourrit. Au clavecin, son répertoire privilégie W. Byrd, Frescobaldi, Buxtehude, François Couperin, J.S. Bach, et le clavecin concertant du XVIIIe siècle dont Duphly, Schobert et CPE Bach. Par ailleurs, il cultive depuis toujours le pianoforte dans les sonates et la musique de chambre de Haydn, Mozart et de leurs contemporains, et l’accompagnement du lied jusqu’à Schubert. Avec Aline Zylberajch, son épouse, il forme un duo de claviers (2 clavecins et clavecin/pianoforte ou orgue positif) dans les oeuvres baroques (J.S. Bach, C.P.E. Bach, Couperin, Vivaldi) et notamment les oeuvres pour pianoforte à 4 mains de Mozart à Schubert.

Récitals et concerts en formations diverses l'amènent à se produire dans la plupart des pays d'Europe, en Amérique et en Asie. En soliste ou à la tête du Parlement de Musique, il a réalisé une quarantaine d’enregistrements (principalement pour OPUS 111, Accord, Assai et Tempéraments-Radio France). Dans ses recherches, Martin Gester collabore avec des musicologues dont, tout particulièrement avec le Centre de Musique Baroque de Versailles pour la musique française, et avec son frère organiste et musicologue Jean Luc Gester pour le répertoire allemand du XVIIe s., et Antoine Hardouin. Un intérêt tout particulier oriente son activité vers la musique dramatique (oratorio, opéra), lieu de convergence de ses recherches sur les relation de la musique, du théâtre, de la vocalité, du geste et de la danse. Dans ses programmations, il associe volontiers le répertoire du passé à la création (Gualtiero Dazzi, Marnix de Cat), à la musique récente ou à des musiques de tradition orale, dans un but de remise en question de la pratique des musiques anciennes. En 1995, il fonde le Studio vocal, lieu d’expérimentation d’oeuvres lyriques et tribune pour les jeunes artistes. Un goût immodéré et une compétence particulière pour le chant et la polyphonie le portent tout naturellement à collaborer régulièrement avec des ensembles vocaux: Les Pages et les Chantres de la Chapelle Royale de Versailles, la Maîtrise de Caen, et surtout, la Maîtrise de Bretagne, un partenaire régulier du Parlement de Musique. En tant que pédagogue, il enseigne l’ interprétation du répertoire baroque au Conservatoire de Strasbourg, et intervient régulièrement dans diverses académies ou institutions pour des cours d’interprétation (Studio baroque de Versailles, Jeunes Voix du Rhin, New York Collegium, Academia Mexicana de Musica Antigua...). En 2001, pour son activité avec Le Parlement de Musique, Martin Gester a été nommé Chevalier des Arts et Lettres par le Ministre de la Culture.



Design by Neo Neo